• Sa’i

    Le Sa’i (arabe : السعي) est l’un des rites intégraux du Hajj et de la Omra et fait référence au rituel consistant à faire sept aller-retours à pieds entre les deux petites collines de Safa et de Marwa, situées à côté de la Kaaba au Masjid al-Haram.

    Définition de Sa’i

    D’un point de vue linguistique, le mot est dérivé du verbe arabe Sa’a (arabe : سعى) qui signifie “marcher”, “s’efforcer” ou “poursuivre”. Sa signification technique est celle de marcher entre Safa et Marwa d’une manière particulière sept fois au total.

    Histoire du Sa’i

    YouTube video

    Le rite de Sa’i commémore les actions de Hajar P, épouse d’Ibrahim S, qui a marché sept fois entre les collines de Safa et de Marwa à la recherche d’eau pour son fils Ismail S.

    La tradition indique qu’Ibrahim vivait avec sa femme, Sarah P, et son esclave Hajar en Palestine. Selon Nasir al-Din al-Rabghouzi V, le célèbre auteur turc de Qisas al-Anbiya (Histoires des prophètes), Hajar était la fille du roi du Maghreb et une descendante du Prophète Salih S. Après que son père ait été tué par le Pharaon Egyptien, elle devint esclave, puis fut donnée à Sarah.

    Les années passant et Sarah, vieillissant, restant sans enfant, elle suggéra alors à son mari d’avoir un enfant avec son esclave Hajar.

    Peu de temps après, à la suite de leur union, Hajar donna naissance à un fils, Ismail S, qui allait devenir le père des Arabes et l’ancêtre du Prophète béni ﷺ.

    En réponse à une révélation divine peu après l’accouchement de Hajar, Ibrahim l’emmèna avec Ismail à La Mecque (alors connue sous le nom de Bakkah) et les laissa sous un arbre avec une outre d’eau et quelques provisions.

    Au début, Hajar était réticente à l’idée d’être laissée seule dans le désert, mais après avoir appris qu’il s’agissait d’une instruction divine, elle s’apaisa et plaça sa confiance en Allah. Ibrahim récita alors la supplication suivante après les avoir laissés à La Mecque :

    رَّبَّنَا إِنِّي أَسْكَنُ مِن ذُرِّيَّتِي بِوَادٍ غَيْرِي زَرْعٍ عِندَ بَيْتِكَ الْمُحَرَّمِ رَّنَا ِليُقِيمُوا الصَّلَاةَ فَاجْعَلْ أَفْئِدَةً مِّنَ النَّاسِ تَهْوِي إِلَيْهِمْ وَارْزُقْهُمِّنَ الثَّمَرَاتِ لَعَلَّهُمْ يَشْكُرُُنَ.

    Notre Seigneur, j’ai installé quelques-uns de mes descendants dans une vallée non cultivée près de Votre Maison Sacrée, Notre Seigneur, pour qu’ils fassent la prière. Faites alors en sorte que les cœurs des gens s’inclinent vers eux et fournissez-leur des fruits afin qu’ils soient reconnaissants.
    [Sourate Ibrahim, 14:37].

    Au bout d’ un moment, l’eau de l’outre s’épuisa et Hajar, qui allaitait toujours Ismail, n’avait plus de lait. À cause de la soif, Ismail commença à avoir une crise d’épilepsie et faillit mourir avant que Hajar ne se mette désespérément à chercher de l’eau dans le désert.

    Désespérée, elle escalada les collines de Safa et de Marwa pour avoir une meilleure vue de la zone et pour rechercher un éventuel voyageur du désert, avant de courir sept fois entre elles.

    Après être revenue vérifier l’état de son fils, elle entendit une voix qui s’avéra être celle de l’ange Jibril S, qui grattait le sol avec son talon (ou avec son aile, selon d’autres narrations), faisant jaillir de l’eau. Hajar commença immédiatement à boire de cette source et pu allaiter son fils par la suite, lui sauvant ainsi la vie. Elle creusa ensuite un puits autour de la source, qui fut connu sous le nom de ” puits de Zamzam”.

    Jibril S assura Hajar qu’elle ne devait pas s’inquiéter de la mort et l’informa que son fils et son père construiraient un jour la Maison d’Allah à cet endroit précis.

    Peu de temps après, un groupe de personnes dont les réserves d’eau étaient épuisées traversa le désert. À la recherche d’eau, ils remarquèrent que les oiseaux affluaient vers une zone particulière et, sachant que les oiseaux se rassemblent aux points d’eau, ils se dirigèrent dans cette direction.

    À leur arrivée, ils demandèrent à Hajar la permission de boire au puits de Zamzam, ce qu’elle leur accorda. Ce groupe de personnes, connu sous le nom de tribu de Jurhum, s’est installé et a peuplé cette région, entraînant la création de La Mecque.

    Importance du Sa’i

    Allah dit dans le Coran :

    ِإِنَّ الصَّفَا وَالْمَرْوَةَ مِنْ شَعَائِرِ الله ❁ ۖ فَمَنْ حَجَّ الْبَيْتَ أَوِ اعْتَمَرَ فَلَا جُنَاحَ عَلَيْهِ أَن يَطَّوَّفَ بِهِمَا ۚ وَمَن تَطَوَّعَ خَيْرًا فَإِنَّ اللهَ شَاكِرٌ عَلِيمٌ

    En effet, Safa et Marwa font partie des symboles d’Allah. Ainsi, quiconque fait le Hajj de la Maison ou accomplit la Omra – il n’y a pas de blâme sur lui s’il marche entre les deux. Et quiconque se porte volontaire pour faire du bien – Allah est alors reconnaissant et connaisseur.
    [Sourate al-Baqarah, 2:158].

    Dans son commentaire sur ce verset, Ibn Kathir V écrit :

    Quiconque accomplit le Sa’i entre Safa et Marwa doit se souvenir de son humilité, de sa modestie et du besoin qu’ Allah guide son cœur, mène ses affaires au succès et pardonne ses péchés. Il doit aussi vouloir qu’ Allah élimine ses défauts et ses erreurs et qu’il le guide vers le droit chemin. Il doit demander à Allah de le maintenir fermement sur ce chemin jusqu’à ce qu’il rencontre la mort, et de changer sa situation de péchés et d’erreurs en une situation de perfection et d’être pardonné, la même providence qui a été accordée à Hajar.

    Contrairement au Tawaf, qui concentre l’esprit sur Allah, le Sa’i symbolise la lutte permanente que nous affrontons tout au long de notre vie, comme l’a vécu Hajar P. Cependant, grâce à son Tawakkul (confiance en Allah) inébranlable, ses supplications ont été exaucées et ses besoins ont été satisfaits. Pour le pèlerin, le Sa’i est un moment de méditation et de réflexion sur sa présence dans le monde physique.

    Conditions requises pour le Sa’i

    Effectué après le Tawaf

    Le Sa’i doit avoir lieu après le Tawaf.

    • Pour ceux qui accomplissent la Omra, le Sa’i doit être observé après le Tawaf al-Omra.
    • Pour ceux qui accomplissent le Hajj al-Tamattu, le Sa’i doit être accompli deux fois : une fois après le Tawaf al-Omra et une autre après le Tawaf al-Ziyarah.
    • Pour ceux qui accomplissent le Hajj al-Qiran ou le Hajj al-Ifrad, le Sa’i doit être effectué soit  après le Tawaf al-Qudum ou le Tawaf al-Ziyarah. S’il est accompli après le Tawaf al-Qudum à l’arrivée à La Mecque, il ne sera plus nécessaire de l’accomplir après le Tawaf al-Ziyarah.
    • Selon l’ école de pensée Hanafi, ceux qui accomplissent le Hajj al-Qiran doivent accomplir le Sa’i deux fois : une fois après le Tawaf al-Omra et une autre fois après le Tawaf al-Qudum ou le Tawaf al-Ziyarah.

    Précédé de l’Ihram pour le Hajj ou la Omra

    Contrairement au Tawaf, qui est un acte d’adoration indépendant et qui peut être accomplit volontairement sans être entré en état d’Ihram avant le rituel, le Sa’i doit être précédé par l’Ihram pour le Hajj ou la Omra. Cela ne signifie pas nécessairement que le pèlerin doive être encore en état d’Ihram lorsqu’il accomplit le Sa’i. Les pèlerins du Hajj peuvent accomplir le rite après le Tawaf al-Ziyarah, le Yawm al-Nahr, après avoir quitté l’état d’Ihram.

    Commencer à partir de Safa

    Le premier trajet doit commencer à Safa. Si un individu part de Marwa, le trajet sera considéré comme nul.

    Réalisation de sept trajets

    Après avoir commencé le premier trajet à Safa, il doit se terminer à Marwa, et le trajet suivant doit commencer à Marwa et se terminer à Safa, jusqu’à ce que sept trajets soient effectués. Les trajets sont comptabilisés comme suit :

    Numéro de trajet De Vers
    1 Safa Marwa
    2 Marwa Safa
    3 Safa Marwa
    4 Marwa Safa
    5 Safa Marwa
    6 Marwa Safa
    7 Safa Marwa

    Si, au cours du Sa’i, vous avez des doutes sur le nombre de trajets que vous avez effectués, vous devez prendre le nombre le plus bas que vous pensez avoir fait.

    Parcourir la totalité de la distance entre Safa et Marwa

    La distance totale entre Safa et Marwa doit être parcourue, soit une distance de 450 mètres (1 480 pieds), les sept trajets représentant environ 3,15 km (1,96 miles). Si une partie de cette distance n’est pas couverte, le Sa’i restera incomplet.

    Comment réaliser le Sa’i

    YouTube video

    La Sounnah veut que l’on fasse le Sa’i immédiatement après le Tawaf, bien que l’on puisse faire une pause si nécessaire. Si vous vous sentez fatigué après le Tawaf ou si vous avez mal aux pieds, vous pouvez vous reposer dans le pavillon jusqu’à ce que vous soyez prêt. N’oubliez pas que vous allez parcourir plus de trois kilomètres pendant le Sa’i. Assurez-vous donc d’avoir suffisamment d’énergie pour accomplir le rite avant de commencer.

    La pureté

    Bien que l’ wudhu ne soit pas une condition préalable à l’accomplissement du Sa’i, il est Sounnah que le rituel soit accompli avec l’ wudhu. Le Sa’i sera cependant valide même s’il est effectué en état d’impureté rituelle mineure ou majeure (nécessitant le Ghusl). Par conséquent, les femmes en état de menstruation ou de saignement post-natal peuvent accomplir le Sa’i.

    Istilam du Hajar al-Aswad

    Avant d’accomplir le Sa’i, il est Sounnah de retourner au Hajar al-Aswad afin de faire l’Istilam. Vous ferez l’Istilam pour la neuvième fois, après les huit fois où vous avez fait l’Istilam pendant le Tawaf. Cet Istilam n’est applicable que si le Sa’i est accompli immédiatement après le Tawaf.

    Si vous avez oublié d’accomplir l’ Istilam avant le Sa’i, ou si vous avez du mal à revenir dans l’axe du Hajar al-Aswad à cause de la foule ou de la fatigue, vous pouvez l’omettre. Toutefois, il peut également être accomplit au Masjid al-Haram, à condition de faire face au Hajar al-Aswad.

    L’Istilam doit être effectué exactement de la même manière que lors du Tawaf.

    Se rendre à Safa

    safa-sign
    Un panneau indiquant la localisation de Safa

    Rendez-vous sur la colline de Safa, située à l’intérieur du Masjid al-Haram, dans l’axe du Hajar al-Aswad. Des panneaux indiquent l’endroit où il se trouve. À l’approche de la Safa, la Sounnah recommande de réciter ce qui suit :

    ِإِنَّ الصَّفَا وَالْمَرْوَةَ مِنْ شَعَائِرِ اللّٰهِ

    Inna ṣ-ṣafā wa l-marwata min sha’ā’iri Llāh(i).

    En effet, Safa et Marwa font partie des signes d’Allah.
    [Sourate al-Baqarah, 2:158].

    Ensuite, récitez la du’a suivante :

    أَبْدَأُ بِمَا بَدَأَ اللهُ بِهِ

    Abda’u bimā bad’allahu bihi.

    Je commence par ce qu’Allah a commencé.

    Ces supplications ne doivent être récitées qu’une fois avant le Sa’i et non au début de chaque trajet.

    La colline de Safa, aujourd'hui enclavée
    La colline de Safa est maintenant fermée

    Faire des du’a à Safa

    En atteignant la colline de Safa, faites face à la direction de la Kaaba et levez les mains en signe de supplication. La vue de la Kaaba peut être obstruée, alors faites une bonne évaluation de son emplacement et orientez-vous dans cette direction. Ne levez pas les mains jusqu’aux lobes des oreilles et ne faites pas de gestes en direction de la Kaaba comme vous l’auriez fait pendant le Tawaf. Vous pouvez dire les Takbir (Allāhu akbar), Tahlil (lā ilāha illā Allāh) et envoyer des Salawat sur le Prophète ﷺ.

    Il est d’usage de réciter les du’a suivantes :

    اللّٰهُ أَكْبَرُ ❁ اللّٰهُ أَكْبَرُ ❁ اللّٰهُ أَكْبَرُ ❁ وَلِلّٰهِ الْحَمْدُ

    Allāhu akbar, Allāhu akbar, Allāhu akbar, wa lillāhi l-ḥamd.

    Allah est le plus grand, Allah est le plus grand, Allah est le plus grand, et c’est à Allah que revient la louange.

    لَآ إِلٰهَ إِلاَّ اللّٰهُ وَحْهُ لَ شَرِيكَ لَهُ ❁ لَهُ الْمُلْكُ وَلَهُ الْحَمْدُ ❁ يُحْيِي وَيُمِيتُ ❁ وَهُوَ عَلَى كُلِّ شَيْءٍ قَدِيرٌ ❁

    Lā ilāha illallāh waḥdahu lā sharīka lah(u), lahu l-mulku wa lahu l-ḥamdu yuḥyī wa yumīt(u), wa huwa ‘alā kulli shay’in qadīr.

    Il n’y a pas d’autre divinité qu’Allah, seul sans associé. C’est à Lui que revient la domination et c’est à Lui que revient toute la louange. Il donne la vie et la mort et Il a le pouvoir sur tout.

    لَآ إِلٰهَ إِلَّا اللّٰهُ وَحْدَهُ ❁ اَنْجَزَ وَعْدَهُ وَنَصَرَ عَبْدَهُ وَهَزَمَ اَلْأَحْزَابَ وَحْدَهُ

    Lā ilāha illallāhu waḥdah(u), anjaza wa’dahu wa naṣara ‘abdahu wa hazama l-aḥzāba waḥdah.

    Il n’y a pas d’autre divinité qu’Allah seul. Il a tenu sa promesse, soutenu son esclave et vaincu seul les confédérés.

    Après avoir récité ces du’a, vous pouvez réciter vos propres supplications. Récitez les du’a trois fois au total, en faisant vos propres supplications entre à chaque fois, comme le voulait la Sounnah du Prophète ﷺ.

    Se rendre à Marwa

    De Safa, dirigez-vous vers Marwa. Entre Safa et Marwa, vous rencontrerez deux séries de lumières fluorescentes vertes à environ 50 mètres l’une de l’autre, qui indiquent la distance que Hajar a parcourue pour atteindre un terrain plus élevé. Ces deux bornes sont connues sous le nom de Milayn al-Akhdharayn (les deux bornes vertes). Entre ces deux lumières, il est Sounnah pour les hommes de courir à une allure moyenne tandis que les femmes doivent continuer normalement.

    Feux verts
    Des lumières fluorescentes vertes indiquent l’endroit où Hajar a couru pour atteindre un terrain plus élevé.

    Dhikr et du’a

    Il n’y a pas de dhikr ou de du’a prescrites à réciter pendant le Sa’i. Vous pouvez donc réciter les prières ou les supplications de votre choix et envoyer des Salawat sur le Prophète ﷺ.

    Faire des du’a à Marwa

    En atteignant la colline de Marwa, faites face à la direction de la Kaaba, levez les mains en signe de supplication et répétez les mêmes supplications que celles que vous avez récitées à Safa.

    Un trajet de Sa’i est ainsi effectué. Le retour à Safa est considéré comme un deuxième trajet.

    Fin du Sa’i

    Répétez cette procédure jusqu’à ce que vous ayez effectué sept trajets, et vous devriez alors vous trouver sur la colline de Marwa.

    Un panneau indiquant la fin du Sa’i

    Dua et salah

    Il est recommandé de faire les dernieres du’a ici et d’accomplir deux rak’ahs de nafl salah au Masjid al-Haram après le Sa’i.

    Quitter le Haram

    Lorsque vous quittez le Masjid al-Haram, sortez du pied gauche et récitez la du’a suivante, comme l’était la Sounnah du Prophète ﷺ lorsqu’il quittait la mosquée :

    بِسْمِ اللهِ وَالصَّلَاةُ وَالسَّلَّامُ عَلَى رَسُولِ اللهِ ❁ اَللَّهُمَّ إَنِّي أَسْأَلُكَ مِنْ فَضْلِكَ

    Bismi Llāhi, wa ṣ-ṣalātu wa s-salāmu ʿalā rasūli Llāh. Allāhumma innī as’aluka min faḍlik.

    Au nom d’Allah, et que la paix et la bénédiction soient sur le messager d’Allah. Ô Allah, je Vous demande ce que Vous avez à me donner.

    Après le Sa’i

    Si vous accomplissez la Omra en dehors de la saison du Hajj ou la Omra dans le cadre du Hajj al-Tamattu, vos cheveux seront rasés ou coupés après le Sa’i, ce qui vous permettra de quitter l’Ihram. Cela marque l’achèvement de votre Omra. Si vous accomplissez le Hajj al-Qiran, en revanche, vous ne vous ferez pas couper les cheveux et resterez en état d’Ihram jusqu’à Yawm al-Nahr.

    Autres supplications pour le Sa’i

    La du’a suivante a été récitée par Abdallah ibn Omar I à Safa, que vous pouvez également réciter si vous le souhaitez :

    اَللَّهُمَّ اعْصِمْنَا بِدِينِكَ وَطَوَاعِيَتِكَ وَطَوَاعِيَةِ رَسُولِكَ وَجَنِّبْنَا حُدُودَكَ ❁ اَللَّهُمَّ اجْعَلْنَا نُحِبُّكَ وَنُحِبُّ مَلَآئِكَتَكَ ❁ وَأَنْبِيَاءَكَ وَرُسَلَكَ ❁ وَنُحِبُّ عِبَادَكَ الصَِّلِحِينَ ❁ الَّهُمََّبْنَ إِلَيْكَ وَإِلَى مَلائِكَتِكَ وَإِلَى أَنْبِيَائِكَ وَرُسُلِكَ ❁ وَإِلَى عِبَادِكَ الصَّالِحِينَ الَّهُمَّ يَسِّرْنَا لِلْيُسْرَى وَجَنِّبْنَا الْعُسْرَىٰ وَاغْفِرْ لَنَا فِي الْآخِرَةِ وَالْأُولَى وَاجْعَلْنَا مِنْ أَئِمَّةِ الْمُتَّقِينَ

    Allāhumma ‘simnā bi dīnika wa tawā’iyatika wa tawā’iyati Rasūlika, wa jannibnā ḥudūdak. Allāhumma j’alnā nuḥibbuka wa nuḥibbu malā’ikataka wa Anbiyā’aka wa Rusulak, wa nuḥibbu ‘ibādaka ṣ-ṣāliḥin. Allāhumma ḥabbibnā ilayka wa ilā malā’ikatika wa ilā Anbiyā’ika wa Rusulik, wa ilā ‘ibādika ṣ-ṣāliḥīn. Allāhumma yassirnā li l-yusrā, wa jannibnā l-‘usrā, wa-ghfir lanā fi l-ākhirati wa l-ūlā, wa-j’alnā min a’immati l-muttaqīn.

    Ô Allah, protègez-nous par Votre religion et l’obéissance en Vous et l’obéissance à Votre Messager et empêchez-nous de [contrevenir à] Vos limites. Ô Allah, faites que nous Vous aimions, que nous aimions Vos anges, Vos messagers et Vos prophètes, et que nous aimions Vos serviteurs vertueux. Ô Allah, rendez-nous aimés de Vous, de Vos anges, de Vos messagers et prophètes, et de Vos serviteurs vertueux. Ô Allah, rendez-nous facile ce qui est facile et éloignez de nous ce qui est difficile. Pardonnez-nous dans l’au-delà et en ce monde, et faites de nous les dirigeants des croyants.

    Vous pouvez souhaiter prononcer la du’a suivante entre Safa et Marwa et spécifiquement entre Milayn al-Akhdharayn, qui a également été récité par Abdallah ibn Omar I :

    رَبِّ اغْفِرْ وَارْحَمْ ❁ تَجَاوَزْ عَمَّا تَعلَمْ ❁ إِنَّكَ أَنْتَ الْأَعَزُّ الْأَكْرَمُ

    Rabb ighfir wa rḥam, tajāwaz ‘ammā ta’lam(u), innaka anta l-a’azzu l-akram.

    Ô mon Seigneur, pardonnez, ayez pitié et pardonnez ce que vous connaissez. Vous êtes vraiment le plus puissant, le plus noble.

    Ensuite, ce qui suit peut être récité :

    رَبَّنَا آتِنَا فِي الدُنْيَا حَسَنَةً وَّفِي الْآخِرَةِ حَسَنَةً وَّقِنَا عَذَابَ النَار

    Rabbanā ātinā fi d-dunyā ḥasanatan wa fi l-ākhirati ḥasanatan wa qinā ‘adhāba n-nār.

    Ô notre Seigneur, accordez-nous le bien de ce monde, le bien de l’au-delà, et préservez-nous du châtiment du feu.

    Instructions et conseils pour le Sa’i

    • Pour les personnes âgées ou handicapées, il existe une section réservée aux fauteuils roulants. La fatigue n’est pas une excuse pour utiliser un fauteuil roulant.
    • Les hommes peuvent s’abstenir de courir entre Milayn al-Akhdharayn (les deux bornes vertes) s’ils s’occupent de personnes âgées ou de pèlerines.
    • La continuité n’est pas une condition nécessaire pour le Sa’i. Par conséquent, si vous devez interrompre votre Sa’i, par exemple pour répondre à l’appel de la nature, vous pouvez reprendre là où vous vous êtes arrêté. Si une prière fardh doit commencer, vous devez rejoindre la congrégation et reprendre votre Sa’i là où vous l’avez laissé. Si vous ne vous souvenez pas exactement de l’endroit où vous vous êtes arrêté, recommencez le trajet.
    • Il est permis de parler pendant le Sa’i, mais cela doit être nécessaire et ne pas être une simple conversation futile ou terrestre.
    • Le Sa’i peut également être pratiqué dans les zones du milieu et du toit. Si vous pratiquez le Sa’i au cours d’une journée chaude, il est préférable d’opter pour le milieu. Le toit est la meilleure option à tout moment de la journée.

    Jurisprudence du Sa’i

    Shourout (Conditions préalables)
    Effectuer soi-même le Sa’i.
    Etre entré en état d’Ihram avant d’accomplir le Sa’i du Hajj.
    Etre entré en état dl’Ihram avant d’accomplir le Sa’i après la Omra.
    Effectuer le Sa’i au moment opportun.
    Wajibat (Actions Nécessaires)
    Commencer le Sa’i à Safa et le terminer à Marwa.
    Effectuer le Sa’i après avoir fait le Tawaf.
    Effectuer le Sa’i à pied, à moins d’avoir une excuse valable.
    Effectuer sept trajets
    Rester en état d’Ihram jusqu’à ce que le Sa’i de la Omra ait été accompli.
    Parcourir la distance complète entre Safa et Marwa.
    Sounnan (Actions Vertueuses)
    Effectuer l’Istilam avant d’aller à Safa pour le Sa’i.
    Effectuer le Sa’i rapidement après le Tawaf.
    Être exempt d’impureté majeure.
    Avoir l’awrah couvert.
    Faire face à la Kaaba à Safa et Marwa.
    Effectuer le Sa’i de manière continue, sans pause ni intervalle entre les trajets.
    Accélérer votre allure entre Milayn al-Akhdharayn (les deux bornes vertes) si vous êtes un homme.
    Moustahabat (Actions Recommandées)
    Faire une déclaration d’intention pour le Sa’i.
    Avoir l’Wudhu valide.
    Faire trois fois des du’a prolongées à Safa et Marwa.
    Effectuer deux rak’ahs nafl après avoir accompli le Sa’i.
    Makrouhat (Actions Détestées)
    Faire l’ascension de Safa et Marwa.
    S’engager dans des activités telles que les bavardages ou l’achat et la vente de biens, ce qui perturberait la concentration ou interrompraient le flux continu du Sa’i.
    Avoir l’awrah découverte.
    Courir toute la distance entre Safa et Marwa.

    Add comment

    Topics

    Makkah / Madinah Landmark